SAMEDI 25 NOVEMBRE 2017

CARRE BELLE-FEUILLE – 19h00 – 11,00€
+
APRES-MIDI – 17H30 – RÉSERVATION GRATUITE ET CONSEILLÉE

LA MONTE YOUNG TRIBUTE  (UK/FR / JULIE TIPPEX)

Deux stars au programme de ce Tribute au grand compositeur La Monte Young, un des derniers grands compositeurs américains, avec ces collègues et parfois amis, John Cage, Philip Glass, Terry Riley ou Steve Reich. La Monte Young est dit être l’inventeur de la musique drone, si chère à BBmix, il est aussi le maître de John Cale qui en a sublimé les leçons dans le premier Velvet Underground ! Deux stars, donc, j’ai nommé d’un côté, Sonic Boom, alias Peter Kember, qui au sein des Spacemen 3 aura presque sauvé les sinistres années 80, de l’autre, Etienne Jaumet, le compositeur, performer, personnage exceptionnel qui en solo ou au sein des Zombie Zombie, pourrait faire vivre à lui tout seul la scène française actuelle ! Accompagné de Céline Wadier, au chant classique indien, héritage revendiqué et qui aura tellement fasciné La Monte Young, ce Tribute, affiche historique, promet d’être un concert-phare de ceux qui font l’histoire du festival depuis sa création en 2005. 13 ans déjà !

Plus d’informations sur le projet

COLLEEN  (FR/ES / THRILL JOCKEY)

Une des rares artistes françaises à être aussi respectée et admirée à l’étranger que dans son pays natal, Colleen est un cas exceptionnel. Ses albums, véritables journaux intimes épousent un parcours unique de découverte sonique aux confins de l’électronique, de l’ambiant, de la chanson expérimentale et de l’acousmatique. Explorant toutes les ressources du sampling sur son premier album, elle se lance dans une exploration de la musique acoustique pour lui rendre grâce proprement sur ses premières scènes. Et dépoussière alors la viole de gambe, accumule les découvertes et les explorations jusqu’au son de sa propre voix, pour enfin sur son dernier et septième album en date, A Flame My Love, A Frequency, retrouver la pureté des sons électroniques originaux à base de pédales Moog, synthés Critter et Guitari… La boucle est bouclée en quelque sorte, un comble pour cet adepte la plus inventive de la magie des musiques répétitives. Attention concert solo, concert sensible, la beauté de cette musique est un cadeau qui se gagne dans le plus grand recueillement.

ACCIDENT DU TRAVAIL  (FR / TRILOGY TAPES)

La Monte Young, Arnold Dreyblatt, Eliane Radigue… 2017 est l’année de la musique drone à BBmix ! Et quelle meilleure idée aurait-on pu avoir que d’inviter Accident Du Travail à représenter l’actualité brûlante de cette musique si particulière… Il y a quelques années déjà Catherine Guesde était venue nous parler dans une des conférences BBmixiennes des rapports serrés entre musique drone et spiritualité : en voici un exemple bouleversant. Qui aurait cru qu’un membre des très remuants Cheveu, serait impliqué aux côtés d’une des meilleures ondistes Martenot française dans ce projet réellement magnifique, réellement inspirant et contemporain. Ce nouveau side-project du décidément très occupé Olivier Demeaux, également producteur international émérite (le dernier Protomartyr c’est en partie lui !) et de la très active Julie Normal (Ex- Crash Normal, Cradle of Smurf) et membre de la mystérieuse Triple Alliance  Internationale de l’Est devrait faire date.

UN JE-NE-SAIS-QUOI RECORDS DJ SET  (FR)

Au vu des deux très belles sorties d’albums prévues cet automne, les plus fidèles de BBmix seront en terrain connu avec le label Un je-ne-sais-quoi et son patron Nicolas Rotenberg (également connu sous l’alias Kuskus Fatal) qui tiendra les platines tout le week-end pour BBmix : soit Phantoms, une collaboration de Pierre Bastien (BBmix 2013) avec Eddie Ladoire, mais aussi le premier album solo de Valentina Magaletti, la batteuse de Tomaga, le groupe claque de BBmix 2015 ! Dans la playlist ? De l’afro-disco-kraut-motorik-punk-garage-space-noise-drone, autrement dit du BBmix à tous les étages !

APRES-MIDI – 17H30 – RÉSERVATION GRATUITE ET CONSEILLÉE

ANAÏS PROSAÏC PRÉSENTE “ELIANE RADIGUE, L’ÉCOUTE VIRTUOSE”
(FRANCE, 2011, 52 MIN. ET RENCONTRE AVEC LA RÉALISATRICE)

Éliane Radigue est un des trésors de la musique française électronique, et de la musique française du XXème siècle tout court. Tissant au fil d’une discographie proprement magnifique, un travail inégalé : Musique de recherche, musique de contemplation, musique de transe, celui qui n’a pas connu le miracle d’entendre une œuvre d’Éliane Radigue de bout en bout aura probablement manqué sa vie. Anaïs Prosaïc dans son très beau film « l’écoute virtuose » nous plonge au cœur du travail, toujours en mouvement, toujours en quête, de cette élève de Pierre Schaeffer, ancienne assistante de Pierre Henry, mais compositrice incroyable en elle-même et ce depuis les années 70 et son travail sur le synthé ARP aux États-Unis (voir son chef-d’œuvre de « Trilogie de la Mort » datant de la fin des années 80)… Si le concept de « Note Bleue » n’avait pas déjà été inventé, il aurait fallu le créer pour elle. Et chez Radigue, la note bleue dure une éternité.

Vidéo teaser du film sur YouTube